Comment la censure chinoise réécrit l'histoire du COVID-19

Visite du président chinois Xi Jinping à l'hôpital Huoshenshan de Wuhan dans la province du Hubei (Xie Huanchi/Xinhua via AP)

La gestion par le régime chinois de la pandémie de COVID , qui tente de se présenter comme une réussite, a été de plus en plus entachée d'accusations de dissimulation et de désinformation depuis les premiers jours de l'épidémie . Maintenant, une nouvelle enquête du New York Times révèle l'étendue de la campagne de censure de la Chine , qui a ciblé des revues internationales et des bases de données scientifiques.

Sous la pression de Pékin, les scientifiques chinois ont retiré des études, retenu des données et modifié des détails cruciaux dans les soumissions de revues . Les éditeurs de revues scientifiques occidentales ont été contraints de faciliter ces efforts en acceptant les changements ou en retirant des articles pour des raisons peu claires.

L'impact de la campagne de censure chinoise a été dévastateur et se fait sentir depuis les premiers jours de l'épidémie, une étape clé avec des données cruciales pour faire face à la pandémie. La version originale d'un article de février 2020, que l'on peut encore trouver en ligne dans d'autres sources, a été citée par les autorités sanitaires en Europe et aux États-Unis avant d'être retirée par des ordres supérieurs.

La campagne de censure de la Chine a modifié la chronologie des premières infections, une question sensible alors que le gouvernement fait face à des critiques quant à savoir s'il a répondu à l'épidémie assez rapidement. Dans ces efforts, les messages ont été modifiés pour montrer que les échantillons testés avaient été collectés en janvier et non en décembre 2019 comme indiqué dans la version originale.

"Je pense qu'il y a un agenda politique majeur qui affecte la science ", a déclaré au Times Edward Holmes, biologiste à l'Université de Sydney qui a analysé les séquences contenant l'ADN du chien viverrin, une pointe de la recherche qui reflétait également les conséquences néfastes. . de la censure.

Un ouvrier en tenue de protection au marché fermé de Wuhan, le 10 janvier 2020 (Reuters)

Le Dr Holmes, qui avait même soumis une séquence du génome d'un chien viverrin en insistant pour que des chercheurs chinois analysent les échantillons ou partagent les données, a ajouté : "C'est pathétique que nous soyons à ce stade où nous avons des conversations secrètes sur les données supprimées." .

Les revues sont souvent lentes à retirer des articles, même s'il s'avère qu'ils sont frauduleux ou contraires à l'éthique. Mais en Chine, les éditeurs scientifiques ont tout fait pour apaiser les appels à la censure. Les revues qui veulent vendre des abonnements en Chine ou publier des recherches chinoises se plient souvent aux exigences du régime.

Le cas du génome du chien viverrin et du COVID montre à quel point la censure retarde efficacement les enquêtes et les efforts mondiaux contre la pandémie

Au cours des premiers mois de propagation du virus, le ministère de la Science et de la Technologie a demandé aux scientifiques de donner la priorité à la gestion de l'épidémie et à la non-publication d'articles. Bientôt, des chercheurs chinois ont demandé aux revues de retirer leurs articles, en particulier ceux qui pourraient faire mal paraître le gouvernement.

La censure a aidé le gouvernement chinois à raconter une histoire sur la pandémie. Yanzhong Huang, expert en santé mondiale à l'Université Seton Hall, a déclaré au Times : « La Chine est sortie de la pandémie l'un des premiers gagnants. Ils ont commencé à présenter un nouveau récit sur l'épidémie, en termes non seulement d'origine, mais aussi de rôle du gouvernement dans la réponse à la pandémie ».

La politique de censure du gouvernement a été officialisée au moment où un article sur la façon dont le virus pourrait muter a été publié en mars 2020. Le lendemain, le ministère chinois de l'Éducation a ordonné aux universités de soumettre des sujets de recherche au groupe de travail du gouvernement pour approbation .

L'un des aspects les plus significatifs de cette campagne de censure est la manière dont elle a affecté les revues internationales et les bases de données scientifiques. L'enquête du New York Times a révélé que des scientifiques chinois, sous la pression de leur gouvernement, avaient modifié ou supprimé des données de bases de données publiques, et que des revues avaient accédé à ces modifications ou supprimé des articles pour des raisons peu claires. Le résultat a été que les médecins et les décideurs politiques se sont retrouvés sans informations critiques sur le virus au moment où ils en avaient le plus besoin.

(Presse Xinhua/Europe)

Les conséquences de cette censure ont été considérables. L'Organisation mondiale de la santé, entre autres groupes, a été contrainte de s'appuyer sur des données confuses et des calendriers inexacts, ce qui a entraîné la propagation de fausses informations. De plus, la censure du gouvernement chinois a entravé les efforts visant à déterminer les origines du virus, ce qui est essentiel pour développer des stratégies efficaces pour prévenir de futures pandémies.

La campagne de censure a non seulement affecté la réponse mondiale à la pandémie, mais a également généré une méfiance à l'égard de la science en Europe et aux États-Unis. Les autorités sanitaires ont cité des documents chinois qui ont ensuite été rétractés, suscitant le scepticisme quant à la fiabilité de la recherche scientifique chinoise.

L'impact de la campagne de censure peut être vu dans la façon dont la science chinoise a été affectée. Les collèges ont resserré les restrictions sur les entretiens avec les médias et les professeurs ont reçu l'ordre de se conformer aux directives du gouvernement. Cette décision a refroidi la science chinoise et étouffé la recherche de la vérité.

Le contrôle de l'information par le gouvernement chinois n'est pas nouveau, surtout en temps de crise. Cependant, la pandémie a révélé l'ampleur de cette campagne de censure, et son impact sur la réponse mondiale au virus ne peut être ignoré.

Continuer à lire:

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 14:00

Le meneur du « cas Koldo » est libéré après avoir déclaré avoir agi en faveur des « Espagnols »

Cueto n'avait pas été arrêté lors de l'opération Delorme de l'Unité Centrale Opérationnelle (UCO) de la Garde Civile, étant donné qu'il se trouvait...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

Le parquet dénonce un détournement présumé de 10 millions aux îles Canaries avec du matériel covid

Le parquet a déposé une plainte dans laquelle il accuse de détournement de fonds, de blanchiment d'argent et de fraude contre le Trésor quatre hommes...

Lire l'article

27.02.2024, 14:00

Vivre à proximité des bars et des restaurants augmente le risque d'insuffisance cardiaque

Science Editorial, 27 février (EFE).- Vivre à proximité de pubs, de bars et de fast-foods augmente le risque de souffrir d'insuffisance cardiaque, selon...

Lire l'article

27.02.2024, 08:00

Une faveur à « l'ancien patron », un voyage au Mexique et des recommandations suspectes : l'empreinte d'Ábalos dans le « cas Koldo » rapproche sa mort politique

Pour le moment, l'actuel député du Congrès - il a seulement démissionné de son poste de président de la Commission de l'Intérieur - ne figure ni...

Lire l'article

27.02.2024, 08:00

Le « Covid persistant » du gouvernement : mesures annulées, coût politique et grande affaire de corruption

Peu de temps après, Luis Medina et Alberto Luceño font la une des journaux. Tous deux étaient les commissionnaires qui auraient fraudé la mairie de...

Lire l'article

27.02.2024, 06:00

Ricardo Casares a subi une crise cardiaque deux semaines après sa deuxième infection au COVID-19 ; C'était son état délicat

Dans une nouvelle situation alarmante pour l'industrie du divertissement, dans la matinée de ce lundi 26 février, l'animateur Ricardo Casares a subi...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus