Certificats médicaux : les travailleurs qui présentent de faux documents pourraient être dénoncés et licenciés

Les travailleurs pourraient être poursuivis. (Photo : Andine)

Le travailleur d'une entité publique ou privée qui présente un faux certificat médical, en raison de son absence du travail, pourrait être dénoncé pénalement et sévèrement sanctionné jusqu'à son licenciement, a averti cette semaine le juge Miguel Ángel Díaz Cañote, membre de la Chambre . Travail permanent de Lima Est.

Dans ce sens, le magistrat a expliqué que le licenciement est la conséquence maximale de l'utilisation de fausses informations présentées par le travailleur sur son lieu de travail ; dans le but de bénéficier d'une pause sans contrepartie, par exemple.

« La ligne jurisprudentielle a été claire : ceux qui utilisent de faux certificats médicaux s'exposent à des sanctions maximales, en particulier sur le lieu de travail, où le licenciement est la conséquence la plus probable », a souligné le juge Miguel Ángel Díaz Cañote.
Les travailleurs pourraient être poursuivis. (Photo : Andine)

Le magistrat a souligné que ces mesures peuvent être établies dans le Règlement Intérieur du Travail auquel appartient le travailleur ; en plus d'être une conséquence de l'affectation de la bonne foi du travail, conformément au décret suprême – 003-097-TR. Ce DS désigne comme infraction spécifique l'utilisation ou la fourniture de fausses informations à l'employeur, causant un préjudice ou dans le but de justifier des absences.

Le médecin serait également signalé

Le juge a noté que le personnel médical. Qu'il provienne de centres de soins publics ou privés, toute personne qui délivrerait un faux document encourrait une peine de prison pouvant aller jusqu'à trois ans.

Pauses dues au COVID-19

L'avocate spécialisée en droit du travail, Maeg Arriola , a lancé une mise en garde sur les possibles conséquences juridiques dérivées de la suppression du droit au repos médical pour le COVID-19 dans les cas légers. Arriola a souligné que cette mesure pourrait se traduire par des sanctions pénales allant jusqu'à 12 ans de prison pour ceux qui exposent les travailleurs à la contagion en ne leur permettant pas de se retirer temporairement de leur travail. Ce changement réglementaire a suscité l’inquiétude tant dans les milieux juridiques que parmi la population active.

Voici ce que disent les spécialistes de la suppression du repos médical | andin

L'inquiétude d'Arriola découle des récentes propositions visant à éliminer la possibilité pour les employés de prendre un congé de maladie en cas de diagnostic léger de COVID-19 , ce qui représente un changement important dans les politiques de gestion de la pandémie dans l'environnement de travail. Selon l'expert, l'accès au repos médical est un pilier fondamental pour garantir la santé des salariés, et son élimination mettrait non seulement en danger la sécurité individuelle des travailleurs, mais pourrait également affecter la santé publique en augmentant le risque de propagation du virus dans le lieu de travail.

Il convient de rappeler que la nouvelle réglementation établit que les patients présentant des symptômes légers ne nécessiteront plus d'isolement obligatoire pendant 7 à 10 jours, explique Claudia Tolentino, avocate dans la zone de travail de Dentons Pérou. Selon la nouvelle disposition, la décision de confinement sera laissée à la discrétion du professionnel de santé traitant qui, en fonction des symptômes du patient, donnera un ordre médical pour déterminer les jours où il ne se rendra pas au travail.

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 14:00

Le meneur du « cas Koldo » est libéré après avoir déclaré avoir agi en faveur des « Espagnols »

Cueto n'avait pas été arrêté lors de l'opération Delorme de l'Unité Centrale Opérationnelle (UCO) de la Garde Civile, étant donné qu'il se trouvait...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

Le parquet dénonce un détournement présumé de 10 millions aux îles Canaries avec du matériel covid

Le parquet a déposé une plainte dans laquelle il accuse de détournement de fonds, de blanchiment d'argent et de fraude contre le Trésor quatre hommes...

Lire l'article

27.02.2024, 14:00

Vivre à proximité des bars et des restaurants augmente le risque d'insuffisance cardiaque

Science Editorial, 27 février (EFE).- Vivre à proximité de pubs, de bars et de fast-foods augmente le risque de souffrir d'insuffisance cardiaque, selon...

Lire l'article

27.02.2024, 08:00

Une faveur à « l'ancien patron », un voyage au Mexique et des recommandations suspectes : l'empreinte d'Ábalos dans le « cas Koldo » rapproche sa mort politique

Pour le moment, l'actuel député du Congrès - il a seulement démissionné de son poste de président de la Commission de l'Intérieur - ne figure ni...

Lire l'article

27.02.2024, 08:00

Le « Covid persistant » du gouvernement : mesures annulées, coût politique et grande affaire de corruption

Peu de temps après, Luis Medina et Alberto Luceño font la une des journaux. Tous deux étaient les commissionnaires qui auraient fraudé la mairie de...

Lire l'article

27.02.2024, 06:00

Ricardo Casares a subi une crise cardiaque deux semaines après sa deuxième infection au COVID-19 ; C'était son état délicat

Dans une nouvelle situation alarmante pour l'industrie du divertissement, dans la matinée de ce lundi 26 février, l'animateur Ricardo Casares a subi...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus