Brevets, recherche clinique et accès : les enjeux de la santé post-pandémie ?

La pandémie a marqué un tournant dans la santé mondiale, trois experts ont analysé l'avenir des soins de santé et les défis auxquels ils seront confrontés / (Getty)

Plus de trois ans après l'émergence du COVID , et alors que les conséquences que ce virus laisse dans la population touchée sont encore évidentes, analyser le passé pour avancer vers un meilleur horizon est non seulement nécessaire, mais aussi indispensable. La crise que le SRAS-CoV-2 a générée à travers le monde a mis sur la table certains aspects qui semblaient "cachés", tels que l'inégalité d'accès aux vaccins ou aux médicaments, l'importance des vaccins , des brevets et du " monde pharmaceutique ". . Sur ces points, Infobae s'est entretenu avec trois experts pour évaluer à quoi devrait ressembler la "santé du futur".

Selon les dernières données publiées par l' Organisation mondiale de la santé , "au 18 juin 2023, plus de 768 millions de cas confirmés et plus de 6,9 millions de décès ont été signalés dans le monde" et, depuis le 5 mai de cette année, le SRAS- Le CoV-2 a quitté la catégorie des pandémies.

"C'est avec beaucoup d'espoir que je déclare que le COVID-19 est terminé en tant qu'urgence sanitaire mondiale. Cependant, cela ne signifie pas que c'est fini en tant que menace pour la santé mondiale. La semaine dernière, le COVID-19 a coûté la vie toutes les trois minutes, et ce ne sont que les décès que nous connaissons », a déclaré le directeur général de l'OMS , Tedros Adhanom Ghebreyesus , lors d'une conférence de presse depuis Genève.

Au-delà de l'achèvement de cette étape, la vérité est que ce virus a provoqué de nombreux changements et a même révélé certaines lacunes qui, en regardant vers l'avenir et les éventuels événements à venir de caractéristiques similaires (et pas tellement), ils devront être corrigés. Miguel Pedrola , directeur scientifique pour l'Amérique latine et les Caraïbes de l'AHF Argentine ; Jorge Geffner , professeur d'immunologie à la faculté de l'UBA et chercheur au CONICET, et Guillermo Docena , biochimiste, immunologiste et chercheur principal au CONICET, ont analysé cette réalité en dialogue avec Infobae.

Brevets et accès : les deux faces d'un même problème ?

Alors que COVID régnait sur la planète, et dans les instants avant et après, l' iniquité dans la distribution de certains médicaments et vaccins nécessaires pour arrêter la progression de différentes infections et maladies a été mise sous la loupe.

"Pendant la pandémie et sous le slogan" Vaccinons notre monde " , l'AHF a réuni des milliers d'organisations, la communauté scientifique, des dirigeants mondiaux et des citoyens du monde entier pour élever leurs voix ensemble contre l'inégalité évidente sur l'accès au COVID -19 vaccins et a appelé à la libération de brevets pour permettre l'accès à l'ensemble de la population et sauver des vies . Nous travaillons activement pour réduire les coûts et élargir l'accès au traitement du VIH et d'autres maladies infectieuses. En plus de promouvoir la production et la distribution de versions génériques de médicaments antirétroviraux et d'autres thérapies essentielles », a souligné Pedrola.

Dans le même temps, il a souligné l'importance de promouvoir "des actions juridiques et politiques pour assouplir la mise en œuvre des lois publiques sur la propriété intellectuelle pour une production et une distribution de médicaments beaucoup plus abordables" . "AHF a toujours préconisé de forcer les gouvernements à autoriser les médicaments génériques, à faire tomber les barrières des grands laboratoires et à plaider pour l'accès à la santé et au bien-être des personnes vivant avec des infections, quels que soient leurs antécédents, leur capacité de payer, leur couche sociale et leurs revenus", a-t-il déclaré. ajoutée.

Pendant ce temps, Geffner a déclaré: " Libérer les brevets, absolument, ferait une énorme différence . La vérité est que si les brevets avaient été délivrés tôt, la production de vaccins dans les pays périphériques aurait été grandement favorisée. Donc, c'est une mesure qui aurait dû être convenue, mais évidemment il y avait des intérêts. La publication des brevets en soi ne résoudrait pas le problème, mais c'était un grand pas en avant car non seulement ils auraient dû publier les brevets, mais ils auraient dû faciliter les petits caractères du développement de vaccins. Même aujourd'hui, si vous prenez le continent africain, 35 ou 36 % des gens ne reçoivent pas quelques doses de vaccins ».

« En cas d'urgences futures, pandémiques ou non, cela devrait être fait . C'est un combat à mener qui, par rapport à la pandémie, a été perdu. De la notification des premiers cas à la mise au point des vaccins, ça a été très rapide et ça a été un énorme succès scientifique, mais l'énorme inégalité d'accès aux vaccins a été un énorme échec politique. Cela dit, il faudrait passer à une deuxième étape avec d'autres types de médicaments . À un moment donné, il y avait des pays qui ignoraient l'existence d'un certain type de brevet, par exemple le Brésil et l'Inde qui ignoraient l'existence de brevets contre le VIH et fabriquaient leurs propres génériques et qui permettaient à de larges secteurs de la population d'accéder à un médicament très cher », l'expert a évalué.

Alors que dans différentes parties du monde, la vaccination COVID a atteint plus de 70 % de la population, sur « le continent africain, 35 ou 36 % des personnes ne reçoivent pas quelques doses de vaccins », a déclaré Geffner / EFE /EPA/ AARON UFUMELI/fichier

En revanche, Docena a souligné : « Sur la question des disparités, ce sont avant tout des politiques des pays. Le plus grand développement de médicaments se situe dans l'hémisphère nord et là, les pays ont décidé de prioriser et de couvrir les besoins de la population locale, pour laquelle ils ont investi des milliards de dollars dans le vaccin COVID. Ils ont investi de l'argent et se sont d'abord vaccinés, puis il a été distribué dans le monde entier. Mais ce qu'ils ne savaient pas, c'est que cela allait aussi jouer contre eux parce que tout le monde devait être vacciné. D'autre part, je pense qu'il est nécessaire que les gens protègent ce qu'ils développent, et surtout dans des pays comme le nôtre, où les gouvernements investissent de l'argent, pour que ces brevets ne soient plus tard pris par qui que ce soit ou incontrôlés ».

« Pour cette raison, pour moi ça ne passe pas par les brevets et c'est pour diverses raisons. Premièrement, si quelque chose n'est pas breveté, personne ne va investir de l'argent, car celui qui investit de l'argent doit faire une entreprise et il faut tenir compte du fait qu'en plus, si l'argent n'est pas investi, vous ne pouvez pas faire de la recherche et du développement que, dans un cas comme celui-ci, il s'agissait d'un virus nouveau et différent avec un vaccin déjà utilisé et développé. Pareil pour les médicaments", a ajouté l'expert.

Pour cette raison, et compte tenu de ce scénario, Docena a souligné l'importance « d'avoir un système scientifique et, surtout, d'investir de l'argent » . Les gouvernements doivent investir de l'argent et il est important que des partenariats public-privé soient établis, cela ne doit pas être uniquement privé ou uniquement public ». « En Argentine, il a été démontré qu'en investissant et avec une bonne politique d'accompagnement, on peut faire des choses. Par conséquent, il est essentiel d'avoir la science pour avoir de l'indépendance et pouvoir prendre des décisions. Nous devons avoir la souveraineté dans la production de vaccins et de médicaments ; et faire installer un système de santé et de développement pour ne pas sortir à la va-vite ou improviser. Je pense que c'est la meilleure leçon que la pandémie nous enseigne en Argentine : nous pouvons faire des choses, nous les faisons et elles ont déjà été faites » , a-t-il ajouté.

Sur l'importance de ce point, Pedrola a illustré : « Le laboratoire Gilead Sciences se caractérise par des prix exorbitants injustifiés, qui sont appliqués à des médicaments essentiels pour sauver des vies, qui causent des dommages irréparables aux personnes dans les pays à revenu faible et intermédiaire, pour qui accéder au traitement du VIH, du COVID-19 et de l'hépatite C est pratiquement un luxe ».

Dans cette veine, le directeur scientifique de l'AHF Argentine a souligné "le traitement à base de Sofosbuvir, très efficace contre l'hépatite C, coûte en moyenne 1 000 USD par comprimé, avec lequel un traitement de 12 semaines au prix d'une pharmacie coûte moins cher que c'est 80 000 $". . Une version générique est produite en Inde, grâce à un processus de licence volontaire autorisé par Gilead, et ne coûte que 4 dollars par pilule et environ 360 dollars pour le traitement. Malheureusement, selon Médecins sans frontières, Gilead a décidé d'exclure 50 pays à revenu intermédiaire de l'accès à ce médicament générique.

« Par exemple, nous n'avons pas de vaccins contre le VIH car le virus de l'immunodéficience humaine a une caractéristique très notoire, qui est son énorme capacité à échapper à la réponse immunitaire, c'est pourquoi le patient infecté n'est pas guéri. Il faut continuer à étudier , car le prochain objectif de l'OMS est de guérir le VIH. Aujourd'hui, avec une thérapie rétrovirale hautement efficace, qui est une combinaison d'un ensemble de médicaments , ce qui était une condamnation à mort pour les patients d'aujourd'hui, lorsqu'ils sont sous traitement, se traduit par une prolongation de la durée de vie similaire à celle d'une personne non infectée et peut vivre 70 à 80 ans », a déclaré Geffner.

En ce sens, l'expert a souligné la situation argentine concernant cette pathologie et a souligné la différence qui est encore évidente dans d'autres parties du monde. « En Argentine, aujourd'hui, l'accès est vraiment bon. Les hôpitaux publics ont un accès garanti, mais dans d'autres endroits, comme l'Afrique, des dizaines de milliers de personnes continuent de mourir faute d'avoir accès aux soins » , a-t-il souligné.

Les vaccins : un pas vers une nouvelle santé

Avant le COVID, penser au développement d'un vaccin ou d'un médicament représentait une planification qui s'étendait sur près d'une décennie. La pandémie a raccourci les délais et placé les avancées scientifiques, avec les essais cliniques comme principaux protagonistes, au centre de la scène internationale. En fait, il est maintenant plus courant que les gens comprennent ce qu'est une Phase III. Ceci, selon les experts, devrait être un tournant.

« Des essais cliniques de phase III très importants ont été menés en Argentine. Le vaccin Pfizer et le prototype Medicago ont été fabriqués, en grande partie, à l'Hôpital militaire et la Fondation d'accueil l'a également fait avec le vaccin CanSino, entre autres. Cela en dit long sur le niveau de la médecine et sur un groupe de centres dans le pays. On a appris que l'essentiel est de tout rationaliser . Face aux situations d'urgence, il faut absolument limiter les délais et, entre autres, ce fut un facteur qui a permis que, alors que les vaccins pré-pandémiques ont été développés en 5 ou 10 ans, ils ont été développés et acceptés ici, avec un critère d'urgence, très rapidement », a souligné Geffner.

Et il a ajouté: "Il faut accélérer tout ce qui est les normes bureaucratiques sans diminuer, du tout, les lignes directrices de l'exigence dans ce que sont les études expérimentales et chacune des phases de ces études où la sécurité est évaluée (Phase I) , la sécurité et l'immunogénicité (Phase II) et où l'efficacité est étudiée (Phase III). Même, enfin, que le suivi une fois le vaccin approuvé, qui sont les études d'efficacité de phase 4. Je pense que l'Argentine a très bien travaillé à cet égard et c'est une expérience très précieuse ».

« Des pays comme l'Argentine ont toutes les capacités scientifiques et technologiques pour faire un saut et devenir des pays producteurs et exportateurs de vaccins. Au-delà du conflit survenu à un moment donné par rapport à l'accès aux vaccins Pfizer, des pays comme le Chili et l'Uruguay, qui n'en disposaient pas, en ont reçu très peu car les vaccins, dans les premiers mois, étaient très manifestement concentrés dans les pays à revenu élevé d'Europe occidentale et des États-Unis. Donc, un défi pour nous, en Argentine, et pour tout un groupe de pays à revenu faible et intermédiaire, c'est d'être des producteurs de vaccins » , a souligné l'expert.

Docena, quant à lui, a souligné que "malgré le fait qu'en Argentine nous n'avons pas les ressources et le développement, nous avons la capacité et nous devons l'exploiter" . La politique scientifique doit être soutenue dans le temps, transversale à tous les gouvernements, partis politiques et décisions. La science ne se fait pas du jour au lendemain, il faut générer des groupes, des structures et de la production, ce qui prend de nombreuses années et doit se faire de manière soutenue. Cela doit être une priorité pour tout gouvernement et la société a compris la nécessité pour un pays d'avoir la souveraineté dans la production, qui dans ce cas sont des produits qui ont à voir avec la santé » .

« Il me semble important que les gens sachent ce que c'est que de développer un vaccin ou un médicament, sa complexité et le temps que cela prend. Et surtout l'investissement que cela demande . Les gens le comprennent et l'apprécient, ils se rendent compte de l'importance pour un pays d'avoir la science et ses propres développements. Je pense que c'est le message le plus important : avoir eu des vaccins ou des capacités de développement rapide de vaccins nous aurait rendus indépendants de tout ce qui signifie des décisions d'autres pays ou d'autres entreprises », a déclaré Docena. "Nous avons la capacité dans notre pays et nous devons l'exploiter" , a-t-il souligné.

Enfin, Pedrola a souligné l'action de l'AHF et son dialogue avec les dirigeants mondiaux sur l'évolution des infections chroniques, tout en appelant à considérer les défis urgents de santé publique , tels que : « Le financement des programmes de lutte contre le sida , la tuberculose et le paludisme . Accès aux médicaments génériques dans les pays à faible revenu, supprimant les obstacles liés aux produits pharmaceutiques. Étendre les programmes de dépistage et de traitement du VIH pour lutter contre l'épidémie. Le contrôle de la résistance aux antimicrobiens, qui menace l'émergence de pandémies, et le contrôle de l'épidémie de maladies tropicales négligées, comme Ebola ».

"L'un des plus grands engagements de l'organisation est de sensibiliser et d'éduquer sur la prévention du VIH, d'éradiquer la stigmatisation et la discrimination associées à la maladie", a souligné l'expert et a conclu : "AHF a été impliquée dans la prévention, le diagnostic et le traitement d'autres maladies infectieuses telles que la tuberculose, le paludisme, l'hépatite et d'autres maladies sexuellement transmissibles. Toujours, en mettant l'accent sur la fourniture de soins médicaux, de services de soutien, d'éducation et de promotion des politiques de santé publique pour améliorer la vie des personnes touchées et prévenir la transmission ».

Continuer à lire

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus