En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

infobae

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie des filles et des femmes qui recourent à des processus dangereux pour interrompre leur grossesse, une situation ce qui met sur la table des débats la légalisation de cette pratique dans le pays.

Depuis 2014, la Bolivie dispose d'un arrêt de la Cour constitutionnelle qui établit que les victimes de viol ou dans les cas où la vie de la mère est en danger peuvent avorter, et malgré le fait que cette décision est en vigueur depuis déjà une décennie. il existe encore des obstacles à son exécution.

"Bien que la sentence ait été une réussite pour le mouvement des femmes (...), il est encore très difficile qu'elle soit appliquée par des fonctionnaires qui l'ignorent et nous sommes une société définitivement patriarcale", a déclaré la directrice de la Coordination de la Justice. a déclaré à EFE la Femme, Tania Sánchez.

Par ailleurs, la directrice d'Ipas Bolivie, Malena Morales, a déclaré à EFE que précisément les « avortements à risque » sont la troisième cause de mortalité maternelle dans le pays, ce qui fait de cette situation « un risque pour la santé des femmes » et un « problème de santé publique et de justice sociale ». " car ceux qui ont moins de ressources sont les plus touchés.

Selon les données de l'Ipas, entre 40 000 et 60 000 avortements sont pratiqués chaque année dans le pays, mais ce chiffre ne reflète pas la réalité exacte de cette situation, pratiquée dans des lieux clandestins ou peu sûrs.

Morales a indiqué que selon les rapports des hôpitaux depuis 2014, lorsque la sentence était déjà en vigueur, jusqu'en 2023, il y a eu 97.704 avortements, dont environ 753 sont des « avortements provoqués » dans lesquels l'interruption légale de grossesse a été pratiquée, tandis que les autres cas sont "des avortements incomplets qui ont atteint les services de santé".

Il a ajouté que les avortements effectués dans des conditions sûres, avec du personnel technique, avec une technologie adéquate et avec des moyens d'hygiène, ont une très faible probabilité de complication et que ce qui met les femmes en danger sont les processus dangereux et clandestins, les perforations utérines et les degrés d'infection qui peuvent provoquer la mort.

"L'accès des femmes au système de santé et la protection prévue par la loi empêcheraient les femmes de mourir suite à des avortements dangereux", a-t-il déclaré.

La sénatrice progouvernementale Virginia Velasco a informé les médias d'un projet de loi complet sur les droits sexuels et reproductifs, qui propose la légalisation de l'avortement.

Velasco a estimé qu'il est important que cette situation soit débattue et que nous devons « sortir le tabou de notre esprit », c'est pourquoi cette proposition correspond également aux recommandations formulées par l'Organisation mondiale de la santé et les Nations Unies.

On s'attend à ce que l'initiative soit présentée dans les prochains mois à l'Assemblée législative pour analyse et, pour l'instant, on sait qu'elle propose une "seule condition" pour l'interruption de grossesse, qui est la signature du "consentement éclairé " de la mère porteuse.

Pour Sánchez et Morales, cette proposition est importante car elle est globale puisqu'elle aborde des questions telles que l'accès aux contraceptifs, les soins basés sur l'interculturalité, la violence obstétricale et que l'avortement fait partie de cette loi très attendue par les groupes de santé des femmes.

Tous deux conviennent également que la Bolivie est toujours une société « conservatrice » et qu'elle a « peur » d'aborder ces questions, mais que la réalité pousse ces situations à être débattues pour ne pas les ignorer.

"La réalité nous oblige à parler de ce problème ; quand nous voyons, par exemple, qu'environ 30 cas de violence sexuelle contre des filles et des adolescentes sont signalés chaque jour, nous ne pouvons pas fermer les yeux", a déclaré Sánchez.

Il a ajouté que la Bolivie est le deuxième pays d'Amérique latine avec les taux les plus élevés de violence sexuelle et de grossesses chez les adolescentes et que rien qu'en 2023, 1 376 interruptions légales de grossesse ont été réalisées, dont 294 correspondent à des violences sexuelles et 59% des viols ont été réalisés. aux mineurs de 15 ans, une situation qu'il juge "alarmante".

Yolande Salazar

Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

23.05.2024, 10:00

Les cas de grippe et de bronchiolite augmentent : quels virus circulent en Argentine

Selon le dernier bulletin épidémiologique du Ministère National de la Santé , non seulement le coronavirus SARS-CoV-2 mais aussi la circulation du...

Lire l'article

19.05.2024, 08:00

Le froid est arrivé : quelles sont les 8 maladies respiratoires les plus courantes et comment prendre soin de soi

De plus en plus de cas d'infections à métapneumovirus et au virus parainfluenza (qui peuvent provoquer des bronchiolites, des bronchites et certains...

Lire l'article

16.05.2024, 12:00

Quatre ans après, le Covid-19 est toujours pire que la grippe, selon une étude américaine

Le Covid-19 est resté plus meurtrier que la grippe l’hiver dernier, malgré l’espoir que le virus pandémique finirait par se mélanger à d’autres...

Lire l'article

15.05.2024, 12:00

Les personnes concernées par le vaccin AstraZeneca demandent une reconnaissance après que l’entreprise a reconnu ses effets indésirables : « Ce n’est pas juste qu’ils nous laissent de côté »

A partir de ce moment, les médecins lui recommandent de prendre un anticoagulant sous forme de pilule (Eliquis) et, trois ans plus tard, il continue de...

Lire l'article

15.05.2024, 10:00

Premier procès contre l'État et AstraZeneca pour le vaccin anti-Covid : une femme réclame plus de 90 millions de dollars

Les tribunaux argentins ont déjà reçu le premier procès public contre le vaccin AstraZeneca, qui a reconnu il y a quelques semaines devant un tribunal...

Lire l'article

09.05.2024, 14:00

AstraZeneca retire son vaccin contre le covid dans le monde entier en raison de la faible demande, déclare la société pharmaceutique

Médicaments (produits pharmaceutiques)Vaccination et immunisationCoronavirus (2019-nCoV)VirusAstraZeneca PLC Le vaccin n’est plus fabriqué, n’est...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus