Alerte à la hausse des cas de COVID : quelles sont les raisons de la hausse, selon les spécialistes

Pour l'infectiologue Roberto Debbag, pour l'instant

Le dernier rapport hebdomadaire publié par le ministère national de la Santé fait état d'une nouvelle augmentation des cas de COVID-19 dans le pays. Selon les chiffres officiels publiés hier, les nouvelles infections sont passées de 2 206 dans la semaine du 13 au 20 novembre à 3 323 entre le 20 et le 27 novembre, ce qui représente une augmentation de 50,63 %. Les morts, quant à eux, étaient au nombre de six dans le rapport il y a sept jours alors qu'hier il y en avait huit.

Bien que le nombre de cas soit bien inférieur à ceux enregistrés aux pires moments de la pandémie dans le pays, ce qui a déclenché les alarmes des autorités sanitaires, c'est le pourcentage d'augmentation des nouvelles infections en sept jours. Les augmentations sont importantes mais, pour le moment, les experts n'anticipent pas une nouvelle vague d'infections comme celle que le monde a connue en décembre 2021, lorsque la variante Omicron ser s'est propagée rapidement dans le monde, provoquant des centaines de milliers de cas dans chaque pays. .

Cependant, ces presque trois années de pandémie nous ont appris que la circulation du SARS-CoV-2 et son évolution constante est un phénomène dynamique, donc le scénario peut changer.

"La raison de l'augmentation actuelle est que le virus continue de circuler et que des pics sont enregistrés dans le monde, qui n'ont logiquement pas la même ampleur que les vagues précédentes", a déclaré à Infobae le médecin infectiologue Ricardo Teijeiro (MN 58065). qui a élargi : "Il y a quinze ou 20 jours, nous avions 250 à 300 cas par jour et nous avons maintenant 500 cas par jour, mais rappelons que nous avons atteint 150 000 infections par jour, donc cette augmentation n'est pas significative."

Les vaccins bivalents, qui protègent contre la souche originale et la variante Omicron, ne sont pas encore appliqués dans le pays (Getty)

Le spécialiste du service d'Infectologie de l'hôpital Pirovano de la ville de Buenos Aires a analysé que "cette situation dépend aussi beaucoup du nombre de personnes qui n'ont pas été vaccinées à nouveau, puisque leurs anticorps baissent ".

"Le nombre de personnes qui ont leur dose de rappel quotidienne est très faible, nous sommes à 20% à 30% des personnes qui ont continué à se donner des rappels, il faut insister là", a déclaré Teijeiro.

Pour sa part, le médecin spécialiste des maladies infectieuses Roberto Debbag (MN 60253) a estimé que "l'augmentation des cas est observée dans plusieurs pays et la cause en est les nouvelles sous-variantes circulantes dérivées d'Omicron B5". "On ne peut pas parler d'épidémie pandémique, il s'agit plutôt de la circulation normale d'un virus pandémique qui produit ces épidémies", a observé l'expert avant la consultation Infobae.

"Ce que l'on sait, c'est que pour prévenir les infections des variantes dérivées d'Omicron, les doses des vaccins originaux qui ont le plus grand impact sur l'immunité sont les troisième et quatrième, et en Argentine 30% de la population n'a pas reçu la troisième et 50% n'ont pas reçu la quatrième dose, ce qui signifie qu'il existe un groupe important de personnes qui peuvent ne pas être protégées contre ces sous-variantes et qui devraient être vaccinées avec les troisième et quatrième doses », a déclaré Debbag.

Les infections enregistrées par COVID-19 ont augmenté de 50% la semaine dernière par rapport aux sept jours précédents (Andin)

Le président de la Société latino-américaine des maladies infectieuses pédiatriques a souligné : "Les nouveaux vaccins bivalents devraient commencer à être administrés, mais dans le pays il y a encore beaucoup de stock des doses précédentes et c'est sûrement la raison du retard dans l'arrivée de ces nouveaux vaccins plus efficaces contre les variants circulants ».

Pour le médecin infectiologue Lautaro De Vedia (MN 70640), « il y a une recrudescence des cas, encore discrète. Peu de tests sont effectués , les cas sont bénins , beaucoup ne vont pas au-delà d'un rhume", a décrit le tableau de la situation par l'expert de l'hôpital Muñiz et ancien président de la Société argentine des maladies infectieuses (Sadi), qui a souligné que "comme l'a dit depuis Il y a quelque temps les variants étaient moins agressifs et les vaccins mis à la disposition de la population rendent la situation moins dramatique ».

"Les raisons sont difficiles à établir", analyse De Vedia. Les virus sont comme ça; Si l'on regarde les statistiques, on sait que lorsque des virus respiratoires sont présents, leur circulation augmente de façon saisonnière. Dans ce cas, il peut aussi y avoir des sous-variantes qui ne sont pas bien couvertes par les vaccins, c'est pourquoi nous attendons de meilleurs vaccins (ceux que nous avons étaient extraordinaires à l'époque mais ils doivent encore couvrir les nouvelles sous-variantes) ».

Et après avoir assuré que la situation « ne redeviendra pas ce qu'elle était en 2020 et 2021, puisque le nombre et la gravité des cas qui se voient ne se comparent pas », le spécialiste a souligné : « En médecine et en infectiologie vous avez être dynamique dans les concepts; Aujourd'hui un cas se présente et il n'est pas forcément nécessaire d'isoler tout le monde, la situation n'est pas et ne sera pas celle que nous avons connue ces deux dernières années ».

Les experts conviennent que l'augmentation des infections n'est pas alarmante en raison du nombre ou de la gravité des cas (Reuters)

Dans le même ordre d'idées, la médecin infectiologue María Cecilia Niccodemi (MN 105624) a fait valoir que "les raisons (de l'augmentation des cas) sont multiples". "D'une part, parce que les gens perdent la protection générée par les vaccins, d'autre part, évidemment la vie déjà normale fait augmenter la circulation virale ", a-t-il analysé. Et troisièmement, la réponse immunitaire contre les variantes d'Omicron est inférieure à celle de la souche d'origine, on sait qu'elle est pratiquement de 60%, avec laquelle il y a sans aucun doute une perte d'immunité car les vaccins appliqués dans le pays ont moins de protection contre le variante qui circule ».

Le spécialiste du personnel du Doctor Stamboulian Medical Center et du Sanatorio La Trinidad San Isidro a soutenu qu'"aux États-Unis, ils administrent déjà le vaccin bivalent contenant la souche d'origine plus Omicron", et a estimé qu'"il est trop tôt pour parler de une nouvelle vague". .

« Nous ne sommes pas dans cette situation ; Il faut voir au fil des jours comment évolue la circulation aussi bien de ce virus que des autres virus respiratoires qui circulent car jusqu'à il y a quelques jours celui qui prédominait était la grippe », a-t-il conclu.

Continuer à lire






Voir plus d'événements sur le Coronavirus aujourd'hui

Aujourd'hui, 08:00

L'un des fugitifs dans l'affaire de l'attentat à la bombe contre l'AMIA est mort du COVID pendant la pandémie

C'est l'un des fugitifs que la justice argentine avait ciblé pour interrogatoire. Son inculpation est intervenue 28 ans après l'attaque, sur la base...

Lire l'article

Aujourd'hui, 06:00

En Bolivie, des femmes demandent la légalisation de l’avortement sécurisé pour éviter les décès maternels

La Paz, 21 avril (EFE).- On estime qu'au moins 185 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour en Bolivie, une situation qui met en danger la vie...

Lire l'article

21.04.2024, 16:00

Un homme a généré des dizaines de mutations du virus COVID

Pire encore, plusieurs des mutations concernaient la protéine de pointe du COVID, indiquant que le virus avait tenté d’évoluer autour des vaccins...

Lire l'article

19.04.2024, 10:00

Un bombardier stratégique Tu-22M3 s'écrase dans le sud de la Russie

Moscou, 19 avril (EFE).- Un bombardier stratégique Tu-22M3 des Forces aérospatiales russes s'est écrasé dans la région de Stavropol (sud) alors qu'il...

Lire l'article

19.04.2024, 08:00

L'ancien policier accusé du meurtre de Giovanni López parce qu'il ne portait pas de masque facial à Jalisco était lié au procès

Dans un communiqué, le ministère public local a indiqué que les preuves présentées devant l'autorité judiciaire étaient suffisantes pour qu'Héctor...

Lire l'article

18.04.2024, 20:00

Il a fallu 2 ans à 100 scientifiques pour changer le nom des virus aéroportés en raison d'erreurs covid

Les virus aéroportés seront rebaptisés « agents pathogènes aéroportés », selon une nouvelle terminologie qui, espère l’ Organisation mondiale...

Lire l'article

Nous vous tiendrons informé par e-mail de l'évolution du Coronavirus